La rupture, la suite et fin du jour d’après.

0
36

Vous aviez été très nombreux à réagir suite à mon article sur le jour d’après ou la rupture amoureuse. J’avais envie de faire une suite mais pour être honnête je ne savais plus quoi dire et un tourbillon de sentiments contraires s’agitaient en moi. Alors j’ai pris mes distances avec vous comme avec le blog et même avec les gens les plus proches de moi. Aujourd’hui je reviens sur ce passage à vide qui a duré quasiment un semestre et je pose mes mots sur le désert que j’ai arpenté.

Utopie est le mot que j’utiliserais pour définir la façon que j’ai eu de vous décrire une situation presque trop facile suite à une rupture d’une relation de plusieurs années. Les mois qui ont suivis ont été un véritable chemin de croix et j’ai dû apprendre à vivre dans ce que je n’avais plus connu depuis longtemps : la solitude. Alors c’est vrai que j’avais avancé le propos de mes amies qui m’entouraient mais il m’a été ignoble d’accepter que plusieurs d’entres elles m’ont jugées ou m’ont abandonnées après ce terrible événement. J’ai tellement été remise en doute sur ma décision que j’ai presque été prise de remord comme si finalement je souffrais après rupture par choix et que j’étais plus heureuse en couple. Mensonge, foutaise et je dis même que c’est un foutu ramassis de conneries.

Le mois de septembre a été très dur autant émotionnellement que physiquement ce qui m’a amené à être mise en repos forcé et j’ai entamé mes recherches pour quitter ce logement dont les murs transpiraient la nostalgie et les regrets. Il suffisait de voir la gueule de ma playlist pour se rendre compte que j’étais pas full power.
J’ai passé des journées dans le noir avec les volets fermés et la télé allumée sans le son. C’était un triste rituel que j’avais mis en place et qui ne m’apportait rien mais c’était comme ça, juste l’obscurité et le silence; étais-ce pour entendre le bordel en moi ?
Je me levais avec l’esprit vide, le ventre noué et la peur dans les veines quant à cette nouvelle vie que je découvrais. Il m’était impossible, malgré le changement de décoration et d’agencement immobilier, de continuer à évoluer dans cette maison qui avait connu nos moments de bonheurs comme nos épisodes orageux.

Octobre et les premières fraîcheurs sont arrivés même si mon corps affaibli ne ressentait plus rien; ma carapace en béton armée était formée prête à me protéger. Alors j’ai voulu partir et c’est grâce à deux amis que j’ai su trouvé la force et le soutien nécessaire pour prendre mon envol. Mathilde et cet ami que je nommerai « T » ont été mon moteur et ils ont même été ma propre force quand je n’en avais plus. J’ai jeté plus de 30 sacs poubelles d’effets personnels de ces années de relation qui m’a été fatale. Mes deux compagnons ont redoublés d’efforts pour apaiser mes maux et … Pour m’aider à faire mes cartons ! La roue avait tourné et j’avais trouvé un superbe appartement deux fois plus grands que le mien et surtout moins cher loiiiiiiiiin de ma maison.
Et cela n’a pas été facile car j’étais haïssable, rongée par la haine et le désespoir au point que j’aurai pu être abandonnée par mes deux protecteurs. Je le savais et j’en étais malheureuse intérieurement mais j’avais été abîmée plus que de raison après ces montagnes russes.
Fin octobre, avec une équipe dévouée, j’ai pris mon nouveau logement avec mes 4 chats.

Novembre a été un mois animé par mon emménagement et la découverte d’une vie plus relaxante avec le bonheur de se centrer sur son épanouissement personnel. Malheureusement et après 4 mois de célibat avec ma meute j’ai du rendre Sheldon et Mia à mon ancien conjoint ce qui a été un coup de plus dans mon parcours du combattant.

Décembre et la peine est partie bien loin de moi. J’ai trouvé l’amour dans cet ami « T » qui a toute ma confiance et mon admiration pour avoir pu ramasser les millions de morceaux de moi après cette rupture. Lui qui a été bien des nuits mon conseiller et mon confident tout en assistant à ma déchéance.
J’ai repris gout à pleins de belles choses que la vie peut m’offrir tout en re-découvrant mes bonheurs comme aller à Disneyland ou faire de la cuisine. J’aurai préféré vous dépeindre une situation relativement tranquille et facilement gérable mais être la personne qui quitte ne signifie pas d’être sans sentiments et d’être serein.

Je reviens peu à peu auprès de vous comme sur les réseaux avec de nouvelles motivations et de nouvelles envies. Je pense que chacun apprend de ce genre de situations et d’événements à sa façon. Si je peux au moins vous partager mon épopée c’est pour que des mots soient posés et que ce sentiment sans définition ne soit pas perçu comme un sentiment individuel. Tout le monde a connu ou connaîtra cette impression de dégringolade et de sentiments mélangés qui forme un bordel monstre en dedans.

 

Je vous remercie, chers lecteurs, d’avoir pris de mes nouvelles et d’avoir été des amours car j’ai trouvé beaucoup de force en vous. Je remercie Mathilde que vous connaissez forcément via mes réseaux et qui est la meilleure amie dont tout le monde rêverait. Je remercie « T » qui depuis est devenu plus qu’un simple ami faisant de moi une femme on ne peut plus comblée et toujours surprise par la beauté de ce que peut apporter une relation amoureuse quand elle est pure et sincère.

Suivez-moi sur Hellocoton

Rendez-vous sur Hellocoton !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here