Ma peur de l’abandon.

0
2

Je prends mon courage à deux mains afin de vous écrire ce billet très intime sur un mal invisible mais pourtant très violent autant physiquement que moralement. Je souffre de ce qu’on appelle communément le syndrome de l’abandon qui se résulte par une angoisse profonde et viscérale d’être délaissée. Abandonnée (merci Captain Obvious tout est dans le titre). C’est d’ailleurs une telle crise que j’ai traversé durant mon passage à vide de plusieurs mois sur le blog et beaucoup d’entre vous ont été très curieux; j’essaie pose mes mots.
Ce billet n’est aucunement pour me faire plaindre ou pour avoir de la compassion. Je pose ces mots afin de peut être rassurer ne serait ce qu’une personne qui me lira et qui ressent ce que je ressens parfois.

Ma peur de l’abandon va avoir lieu de façon aléatoire et peut se déclencher sur un « rien » jugera une personne lambda. Tant que je me sens apaisée et rassurée il n’y a pas de problème mais si j’ai peur alors je vais commencer à ressentir une douleur au niveau du cœur.

C’est stupide n’est ce pas ? Qu’une simple peur de l’abandon puisse créer une réelle douleur physique comme si j’avais une puissance négative emprisonnée dans mon corps et qu’elle cherchait à sortir; mon enveloppe corporelle autrefois si insouciante devient une prison. Pourtant c’est bien présent et cela se pose dans le contexte amoureux comme dans le contexte amical. Cette peur m’envahit et j’angoisse peu à peu avec comme un écho au fond de moi qui me dit : Tu es nulle et tu vas finir seule avec tes chats, tu ne dois pas être heureuse ni aimée, il y a forcément anguille sous roche c’est trop parfait.
C’est comparable à un trou noir qui grandit et grandit encore sans cesse à l’intérieur de ma poitrine jusqu’à l’inévitable flot de larmes suivi de près par la vengeance sur la nourriture.

Alors calm down babe j’ouïe déjà celui qui dira : OUAIS ENFIN T’EN A BIEN BESOIN T’ES PAS GROSSE. Déjà là n’est pas le sujet/débat et si tu crois qu’il est bon d’ingurgiter de la nourriture sans fin tu te mets le doigt dans l’œil jusqu’au coude voire l’omoplate (faisant de toi quelqu’un avec une souplesse légendaire).

Mais alors quand est ce que ce foutu bordel émotionnel se termine ? C’est triste à dire mais pas tant que je ne me sens pas rassurée et cela peut prendre des heures, des jours voire des mois. Et la charge émotionnelle est aussi lourde pour moi que pour la personne dont je doute de l’attachement sur le moment car cela ressemble à une mission constante, un chemin de croix pour elle pour apaiser mes peurs à moi.

J’ai décidé d’en parler car ce n’est pas évident de diagnostiquer un tel soucis d’autant plus qu’il ne marque pas physiquement. Poser des mots sur des douleurs, des souffrances et des tumultes intérieurs est très compliqué mais apaisant. Il n’y a pas de remède à proprement parler ni de solution magique à ce syndrome qui peut survenir du jour au lendemain.

Alors si jamais toi aussi tu as connu cette peur de l’abandon, que tu as réussi à apaiser tes peines ou que tu passes par cette étape actuellement, sache que tu n’es pas seul(e) dans cette épreuve. A toi qui lis ces mots que tu sois en peine ou pas, je t’envoie une foultitude d’amour !

Suivez-moi sur Hellocoton

Rendez-vous sur Hellocoton !
PARTAGER
Article précédent2018 mes envies, mes projets et mes rêves.
Basée dans le Loiret à Orléans, je suis une amoureuse de l'univers de Disney. J'ai également dans mes cordes une passion inconsidérée pour la nourriture, une collection tsum tsum et une certaine aspiration au bonheur. On dit même que parfois on me voit avec 4 chats ...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here